W comme...

washington WALLACE Alfred Russell (1823-1913), n. p. Voyageur et naturaliste Anglais qui lors d’un voyage en Australie, émit, indépendamment de Darwin, l’idée d’une sélection naturelle, qu’il présenta à la Société linnéenne de Londres presque en même temps que lui. Il publia une géographie zoologique dans laquelle il montra l’influence du morcellement des terres sur la répartition et la généalogie des espèces. Voir aussi Régions zoogéographiques.

Washington n. p. Voir Convention.

WEISMANN August (1834-1914), n. p. Biologiste Allemand, connu pour sa théorie sur l'hérédité. Il se distingua par ses recherches, surtout dans les domaines de l'embryologie des Insectes et des Crustacés. Weismann fut le premier scientifique à rejeter la notion de transmission des caractères acquis d'une génération à l'autre, théorie fausse mais qui s’était répandue à l'époque et que le naturaliste Français Jean de Lamarck et d'autres avaient acceptée.

WIGGLESWORTH Sir Vincent (1899-1994) n. p. Entomologiste Britannique, fondateur de la physiologie des insectes suite à ses travaux sur le rôle des hormones dans leur développement. Il a publié notamment : « The Principle of insect physiology ».

WILSON Edward Osborne (1929-..) n. p. Entomologiste Américain né en 1929 connu pour ses théories sur la sociobiologie dont il est le créateur. Ces théories ont été développées à partir de travaux sur les insectes sociaux et plus particulièrement, les fourmis dont il est un grand spécialiste. Voir aussi Théorie sociobiologique, Thychophile et Thychophobe.

Wohlfahrtia n. f. Genre d’Insectes Diptères Brachycères de la Famille des Calliphoridés. La larve de cette mouche vit en parasite dans les plaies et les cavités naturelles de l’homme et des animaux. Elle peut causer de graves myiases. Ex. La « Mouche myiasigène de l’Est », Wohlfahrtia vigil.

Wolbachia n. f. Genre de bactéries endosymbiotiques appartenant au groupe des Rickettsies (ou alpha-protéobactéries). Elles sont présentes chez de nombreux Arthropodes dont notamment un grand nombre de fourmis. Ces bactéries ont pour effet de modifier le comportement reproducteur de leurs hôtes ce qui a pour effet d’accroître leur propre propagation. Elles sont notamment capables d’engendrer une parthénogenèse « non programmée » chez certains Lépidoptères. Elles ont la capacité d’induire la production d’une descendance uniquement mâle ou à l’inverse femelle. Elles peuvent également féminiser des embryons génétiquement mâles. Elles peuvent aussi détruire ces embryons. Des essais sont en cours aux Etats-Unis pour éradiquer le virus de la dengue par l’utilisation de cette bactérie. Des moustiques manipulés pour résister au virus de la dengue grâce à cette bactérie sont relâchés en milieu naturel, où ils remplacent les moustiques sauvages qui transmettent la maladie. Voir aussi Dengue.